Karagöz

Le Grand Quotidien issu de la Résistance Désespérée

KaragöZ

Le journal satirique et sympathique du festival de la marionnette de Charleville-Mézières.

Karagöz Le Jeune Charleville 2017

KaragöZ Vs « le politiquement correct »

KaragöZ est le petit journal que certains Ardennais lisent chaque jour, durant le festival de la marionnette de Charleville-Mézières. Cette petite feuille de choux est le fidèle poil à gratter du festival. Les couvertures sont soignées et le contenu révélateur des véritables enjeux et des dessous du festival…. Tout en gardant une ligne éditoriale « propre » à la couleur du journal…

Longue vie à KaragöZ

  • Ce n’est ni au non d’une quelconque appartenance « politique »
  • Ni d’un désir de mettre en avant une publication satirique
  • Mais au nom de la richesse qu’engendre la diversité (dans un monde de plus en plus normalisé)
    que je souhaite : Longue vie à KaragöZ et à toute son équipe !

Mais d’où vient ce nom bizarre ?

KaragöZ

L’historique du nom :

En Turquie, le théâtre d’ombre se nomme aussi KaragöZ puisqu’il gravite autour de deux héros,
Karagöz et Hadjivat qui ne cessent de se quereller :

Karagöz : est très pauvre et père d’une grande famille. Il représente ce qu’on appelle le petit peuple. Les principaux traits de ce personnage font de lui un analphabète, un paresseux et maladroit, de surcroit toujours à court d’argent !
Pourtant, il garde sa joie de vivre et trouve toujours un moyen pour se tirer de situations embarrassantes.

Hadajivat : lui est un petit bourgeois peureux, tremblant, mais très flatteur face aux puissants de ce monde.
Il est cultivé, maniéré, opportuniste et ne perd jamais de vue ses propres intérêts.

Voir aussi :